Soly Cissé Portrait

Soly Cissé Portrait

Soly Cissé, art contemporain : Peinture, collage, dessin, sculpture

Découvrez les œuvres de Soly Cissé dans notre galerie d’art moderne et contemporain, Paris 9, à côté de DROUOT
C’est toujours au seuil de la création que s’engage la lutte contre son héritage culturel transmis par l’École des Beaux-Arts. Mais s’il dialogue avec l’histoire, il est l’homme de tous les.présents..

Un « remix  » de cultures

Depuis deux décennies, Soly Cissé aborde une vaste variété de médias : peinture, collage, dessin, sculpture et se réfère à un large éventail de sources et d’influences : art brut, graffitis, pop art, expressionnisme, figuration libre, art populaire, auxquelles il mêle des évocations de ses sources ancestrales. Renversant les catégories établies, il associe dans un même espace écriture, codes- barres, chiffres avec une figuration au fort pouvoir d’expression. Une lecture nouvelle et stimulante où la jubilation de la couleur s’allie à la force du trait nous entraîne loin des styles idéalisés passés, dans un désordre, morcellement et fantasme à l’image d’un monde en plein bouleversement.

Nous vous invitons à consulter les expositions Soly Cissé.

Le lien au sol

Soly Cissé – Fresque aux 8 personnages – acrylique sur toile 150 x 195 cm (détail)

Un exorcisme contestation

Soly Cissé – Fresque aux 8 personnages – Acrylique sur toile – 150 x 195 cm (détail)

 Un bestiaire de fer

Soly Cissé – Fresque aux 8 personnages – acrylique sur toile 150 x 195 cm (détail)
Soly Cissé

Le lien au sol

Enfant de Dakar, Soly Cissé grandit au bord de la mer. Il exprime la beauté de cette nature qui peut se révéler soudain violente par des myriades d’éléments colorés : explosion de bleus profonds pour traduire la mer mouvementée et la lumière de l’Afrique et touches de blanc, de jaune de rouge ou de noir pour les rochers de basalte volcanique parcourus par les enfants allant pêcher. Tout commence par un fond noir, souvenir des radiographies rapportées par son père médecin radiologue. Le noir comme révélateur, à l’mage des ténèbres précédant la création du monde. La peinture jaillit des fonds noirs sur toute la surface du tableau, météorites, eau, vent, feu se déploient sur la toile suivant la théorie du Big Bang selon laquelle l’univers primordial s’est développé en moins de 20 mn. Deux années passées à Manantali, contrée sauvage à la frontière du Mali furent l’occasion d’accompagner son père et les chasseurs qui les logeaient lors de chasses rituelles, de nuit. Il apprit les animaux : domestiques mais aussi sauvages : phacochères, rongeurs, . Son art se veut une rédemption et pose les préceptes anciens de tolérance et de respect qui habitent les peuples dans la tradition dont il est l’héritier : la culture mandingue.

Soly Cissé -huile sur toile - 150 x 150 cm
Huile et acrylique sur toile - 150 x 150 cm

La toile : une arène dans laquelle agir ...

 

L’artiste dit « aimer cacher  » . Dans ses compositions où se croisent les techniques les plus diverses, des personnages semblent passer, à chaque extrémité de la toile, dans un autre espace où une autre scène se déroule que nous ne verrons pas. Ses personnages s’affrontent, ses graffitis ou pictogrammes sont à double sens témoignant  de sa dette au Pop-art et de sa culture totémique, des animaux semblent prendre vie dans ses champs de couleur …Un temps se déroule  allant avec la  vitesse de la touche. Images, symboles deviennent allégorie qui traduisent sa relation au monde tout en restant proche de ses origine;

 

Représentées de profil, telles les anciennes divinités égyptiennes, les figures sont ordonnées en sortes de panneaux verticaux. Elles se détachent sur un fond d’où émergent visages, animaux, êtres hybrides à demi enfouis sous des empâtements de couleurs pures. Des zones de peinture plus diluée jouent entre fond et forme intensifiées par l’emploi de la couleur noire et rythment avec force l’espace de la toile. Des rangées de chiffres, lettres, signes, presque illisibles, disséminés de façon aléatoire suggèrent une tentative de système : référence, classification, archive … ?  Bien que se révèle illusoire cette recherche de stabilité et de cohérence pour pallier la perte de repères dans le désordre du monde, elles constituent le langage de l’artiste qui construit ses compositions telles des scènes d’allégories évoquant grâce et protection par l’intercession d’ancêtres bienveillants et la croyance à une parenté magique entre humains et animaux protecteurs.

Sa palette s’élargit à divers matériaux : fer, toiles, plexiglas, assemblage hétérogène d’éléments ready-made pris dans des revues d’art et juxtaposition de collage sur papiers ou sur toiles de conception modulaire. Tout un répertoire de signes enchevêtrés sans hiérarchie, se chevauchent dans l’espace de ses compositions, champ de tous les possibles. Et de fait, ancêtres salvateurs, revenants destructeurs, conversent avec Andy Wharol ou donnent la main à Ramsès II et Dubuffet, étrangers aux contraintes de l’espace. Au coeur de ces contraires réconciliés, ils se faufilent à travers les siècles, mélangeant les fils du temps que l’artiste guide entre les territoires de l’avant-garde et ceux de ses traditions mandingues. Loin de céder à une dualité simpliste du bien et du mal, il est dans cet espace en permanente métamorphose, ce Chef rebelle d’un monde d’esprits qui joue de ses multiples facettes pour accomplir une sorte d’exorcisme-contestation.

Acrylique, pastel, collage sur papier - 50 x 65 cm,

Un bestiaire de fer

Toutes ces créatures semblent avoir un lien avec notre époque mais pour chacune, l’évolution a pris un tournant décidément différent

Salimata Diop citée dans : Univers/Universe Soly Cissé
Édition Solyarts, 2014 – 
Commissaire Salimata DiopCouple

reproduit p. 107, Univers/Universe Soly Cissé – Édition Solyarts, 2014 

 

 

Une succession inventive de figures, mi-humaines, mi-animales, sculptures au fer soudé, à l’insistante présence physique, semblent issues d’un autre univers. Si l’artiste leur fait subir différents degrés de métamorphose, parfois à peine amorcée, c’est que cette hybridité – meilleure expression de l’instinct et de l’animalité – résume, pour lui, le monde où nous vivons

Que lire sur Soly Cissé

 2014 Monographie UNIVERS/UNIVERSE Soly Cissé – Édition Solyarts 
Commissaire  Salimata 
Diop.

 2008 Kaani, Soly Cissé – Réflexivité, Maturité, Éditions Le Desk,

2005 Patrick Descamps – Soly Cissé : dessinateur,Montreuil, Œil, Les Carnets de la création

2005 Africa Remix : l’art contemporain d’un continent – Catalogue de l’exposition présentée à
Düsseldorf, Museum Kunst Palast, 24 juillet/ 7 novembre 2004, Londres, Hayward Gallery,
10 février/17 avril 2005, Paris], Centre Pompidou,25 mai/8 août 2005, Tokyo, Mori Art
Museum, avril/juin 2005

 2003 Joanna L. Grabski – Dakar’s Urban Landscapes : Locating Modern Art and Artists in the
City
 African Artsvol. 36

 2002 Soly Cissé et Bruno Corà – Soly Cissé par Soly Cissé, M & M, Maschiett  & Ditore, 

 1999 Soly Cissé : neue Kunst aus dem  SenegalCatalogue de l’exposition  Katalog zur
Ausstellung im Rautenstrauch-Joest-  Museum Köln,
2003 Joanna L. Grabski – Dakar’s Urban Landscapes : Locating Modern Art and Artists in the City
African Artsvol. 36, catalogue de l’exposition, Cologne.