Dès 1944, Marcel Barbeau, élève de Paul-Émile Borduas dans la section Artisanat-design de l’École du Meuble de Montréal, a accès à d’anciens numéros duMinotaure et découvre les pratiques des surréalistes.  Partageant un atelier avec Riopelle, ses premières oeuvres explorent les techniques  de l’écriture automatique surréaliste : détrempe, décal­comanie, projections, giclées, coulures, peinture all-over à la spatule. L’automatisme sera la première théo­rie  moderne parvenant à la petite élite canadienne et les peintres se montrèrent plus aventureux que les Eu­ropéens. Il sera, en 1946, à Montréal, de la première exposition du groupe des Automatistes et reconnu dés 1947 à Paris, lors de l’exposition : Les Automatistes, à la Gale­rie du Luxembourg..

Six peintres : Barbeau, Borduas, Leduc, Fauteux, Mousseau, Riopelle dont Léon  Degand dira :  

 Automatisme? Plus exactement : soumission aux solli­citations de la spontanéité, de l’indiscipline picturale, du hasard technique, du romantisme du pinceau, des débordements du lyrisme – Car telle est la règle que découvrirent, sans maître, et loin des foules, mais non sans lucidité ces canadiens nouveaux.

avec_JDLoisy1