François ARNAL (1924)

Contexte>

Ma cabane sous les feuilles, Série Les rencontres – Technique mixte sur toile, 75 x 85 cm

 » Lorsque François Arnal arrive à Paris en 1948, ses amis sont Rezvani, Jacques Lanzmann ou Raymond Queneau, tous adeptes d’une distance joyeuse et d’aventures langagières « …*.. Associant peinture et écriture, ses Meeps sont une B.D. de signes peints, une forme de parole qui semble ne pouvoir s’interrompre En avance sur Support-Surface ses toiles libres, cousues, percées, ornées   de fil de fer…peuvent couvrir, en une performance, une surface sans fin ou quitter le mur pour d’autres configurations. Ses Bombardement résultent d’une action, révélant l’objet posé sur la toile par la pulvérisation
à la  bombe aérosol – employée, là-aussi, avant le Street-Art. L’Afrique lui inspire des sculptures en caoutchouc recyclé. Vivant l’actualité des années 70, Il franchit la frontière entre art et design : de 1969 à 1975 : l’Atelier A, composé de plusieurs artistes sera à l’origine de la création de meubles et d’objets emblématiques du design du XXème siècle. 
*François Barré cité dans le catalogue de l’exposition : Arnal, à St Roch, Issoudun 2008.