HISTOIRES D’EAU

Dramane Bamana utilise des matériaux pauvres, issus de son quotidien, essentiellement, les débris de seaux en plastique qui finissent au rebut dans les décharges de Bamako. La pratique de l’artiste va au-delà du simple art de la récupération. Au-delà également, d’une esthétique du déchet ou d’une écologie artistique. La démarche d’assembler et coller sur toiles ce matériau réduit à l’état de fragments, est, pour lui, porteuse de sens. Penser à l’objet, c’est penser au sujet. C’est avoir connu et connaître encore le va-et-vient de ceux, utilisant seaux et bassines en plastiques à la recherche d’eau pour leurs besoins quotidiens. Ces ensembles multicolores de récipients si utilitaires racontent l’importance vitale de l’eau. Qu’elle soit collectée aux bornes fontaines, sur les bords des cours d’eau ou distribuée par le réseau de la ville souvent déficient, lors de périodes de canicule, Les sécheresses ont précipitées les révoltes populaires. Les barrages en Afrique sont transfrontaliers. Toutes les activités humaines sont liées à l’eau.

Dramane Bamana -galerie chauvy