Galerie Chauvy – Art moderne et contemporain

<<Oeuvres

Claude Gilli

Il se détourne, tout comme  ses amis, Yves Klein, Arman, Martial Raysse, Malaval, Ben, Bernard Venet et Chubac,gilli_atelier
de l’art traditionnel étudié  aux Arts Décoratifs de Nice à partir de 1955,

Depuis les années 50,. toutes sortes d’expérimentations animent Claude Gilli.
Entre 58 et 62, inspiré par l’univers des jeux (tirs forains, flippers,…) il réalise des tableaux assemblages – objets se
transformant  progressivement en montagnes éclairées par des lampes électriques –
Il développe un travail sur l’objet fétiche à travers une série d’ex-voto.

Dans ses premiers découpages, dès 62, l’accent est porté sur le contour, sa découpe de l’espace, puis sur l’évidage
des fonds.

Contexte
Entre Grasse, Nice, Villefranche, Menton, se sont exprimés içi le Nouveau Réalismes, Fluxus,  puis Supports-Surfaces et de fortes
individualités
Au sein des Nouveaux Réalistes existait un groupe niçois;  Nice devenant un foyer de création, l’’interrogation sur le  terme d’École
de Nice
 apparaît en 61 dans le journal Combat sous la plume de Claude Rivière. Ce n’est qu’à partir de 65 que le nom Ecole de Nice
a été mis en avant.

Matarasso, à Nice,, fut le premier à exposer le groupe puis, à l’occasion de l’exposition chez Alexandre de La Salle à Vence, en 67,
l’étiquette d’École de Nice sera accepté par la plupart.
Les manifestations de groupe cessèrent dès 63 et c’est à partir de cette date que le mouvement trouva son audience grâce aux Musées
européens et les expositions personnelles de ses participants
Le manifeste du Nouveau Réalisme  est signé le 27 octobre 1960  au domicile d’Yves Klein. Pierre Restany, le théoricien du mouvement,
avait fédéré  des personnalités et tempéraments différents  tels  César, Rotella, Nikki de Saint-Phalle, Tinguely, Christo, Yves Klein,
Martial Raysse, ARMAN, Dufrêne,  Hains, Villeglé.qui avaient tous la volonté de saisir le réel dans une démarche d’appropriation